- La campagne Secrets Toxiques -

Pour faire évoluer les méthodes d'évaluation des pesticides en France et en Europe, les actions se poursuivent !

Pourquoi cette campagne ?

Arsenic, métaux lourds ... des substances toxiques dangereuses ont été cachées aux utilisateurs dans 14 pesticides présentés comme des alternatives au glyphosate ! 9 ONG ont porté plainte le 1er décembre pour faire retirer ces produits des rayons, et 14 ont rejoint la coalition pour faire connaître cette action et mobiliser un maximum de citoyens. 

La campagne citoyenne historique “Secrets Toxiques” a été lancée le 1er décembre 2020 pour exiger le retrait de pesticides dangereux et remettre en question les méthodes d'évaluation des pesticides en France et en Europe. Je soutiens l'action en justice

Pour la toute première fois, une étude scientifique démontrait fin octobre 2020 que des industriels ont caché la présence de métaux lourds, de toxiques cancérogènes, notamment de l’Arsenic, dans 14 pesticides utilisés en France et en Europe et pourtant présentés comme des alternatives au glyphosate. Des produits dangereux donc, et qui n’apparaissent sur aucune étiquette ! 

--

Les résultats depuis décembre 2020

La campagne Secrets Toxiques bat son plein pour faire retirer du marché 10 pesticides dangereux (contenants de l'Arsenic et des métaux lourds, non mentionnés sur les étiquettes) et pousser à la remise en cause des évaluations des pesticides en France et Europe. 

Les premiers résultats sont encourageants :

- Une plainte contre X déposée pour fraude à l'étiquetage, atteinte à l'environnement et mise en danger de la vie d'autrui le 1er décembre par 9 ONG. 

- Une large couverture média 

- Une vidéo de vulgarisation vue plus de 160 000 fois sur les réseaux sociaux

- Plus de 14 000 soutiens de citoyens 

- 9 personnalités soutiennent déjà la campagne 

--

L'action en justice depuis décembre 2020

Le 1er décembre 2020, 14 ONGs lancent la campagne “Secrets Toxiques” pour soutenir la plainte qu’elles déposent au pôle santé du Tribunal judiciaire de Paris. Parmis elles, Générations Futures, Campagne Glyphosate, Nature et Progrès, PIG BZH, portent plainte : 

  • contre X pour fraude à l’étiquetage, mise en danger de la vie d’autrui et atteinte à l 'environnement afin de réclamer au plus vite le retrait pur et simple de ces produits, et la condamnation des responsables ;

  • contre l’Etat français pour carences fautives afin d’interroger les systèmes actuels d’évaluation des pesticides que nous retrouvons dans nos magasins, sur nos légumes, dans notre eau, nos urines et le sang de nos enfants ! Pour apprécier correctement les risques liés à l’utilisation des pesticides, la réglementation européenne reconnaît depuis 2019 la nécessité d’une évaluation portant sur la composition complète. Ce travail n’a apparemment pas été fait pour ces 14 pesticides, et pour combien d’autres ? 

Février - Mise en demeure de l'EFSA (Autorité Européenne de Sécurité des Aliments)

Plus d’une centaine de députés européens, de tous bords politiques, porteront une action auprès de l’EFSA (Autorité Européenne de Sécurité des Aliments). Un courrier de mise en demeure, rédigé par notre avocat, Maître Tumerelle, puis signé par plusieurs députés (et sénateurs) UE-nationaux demandera à l’agence de vérifier les cas de fraudes suspectées et de prendre en compte la dernière étude de GE Séralini et G Jungers.

Mars - Une nouvelle vague de plainte et une mise en demeure de l'ANSES (Agence National de Sécurité Sanitaire)

10 associations supplémentaires vont rejoindre la coalition et porter plainte.

Pour appuyer la plainte du 1er décembre, il est important qu’un maximum d’associations et de collectifs puissent se joindre à l’action de Secrets Toxiques. C’est pourquoi nous lançons une 2e vague de plaintes qui sera déposée fin mars, et que vous pouvez rejoindre à tout moment avant le 15 mars.

La coalition Secrets Toxiques prévoit l’envoi d’un courrier de mise en demeure de l’ANSES (Agence National de Sécurité Sanitaire) qui a le pouvoir de faire retirer immédiatement les produits incriminés par la plainte (et l’étude scientifique) en vertu du principe de précaution. Une tribune sera publiée en parallèle pourr faire connaitre l'action.

Avril - Un recours à l'EFSA via Cours de Justice de l’Union Européenne

En cas de non réponse de la part de l’agence européenne, nous prévoyons un recours juridique 2 mois après le dépôt de la lettre de mise en demeure.

Mai - Un recours à l'ANSES via le Conseil Etat

En cas de non réponse de la part de l’agence française, nous prévoyons un recours juridique 2 mois après le dépôt de la lettre de mise en demeure. 

--

La coalition et ses soutiens

Une initiative de Campagne Glyphosate France, Générations Futures et Nature & Progrès.
et soutenue par ZEA, Combat Monsanto, PIG BZH, Confédération paysanne, Le Jeune Engagé, Intelligence 

Verte, Bio Cohérence, Consommateurs pas Cobayes, Notre Affaire à tous, Agir pour l’environnement, Ecoropa, et Les Coquelicots de Betton. 

Une plainte déposée par Campagne Glyphosate France, Générations Futures, Nature & Progrès, Intelligence Verte, PIG BZH, ZEA, Bio Cohérence, Combat Monsanto et Agir pour l’environnement.

 

A la clé ? Si la fraude aux déclarations est avérée, cela permettrait l’interdiction d’autorisation de mise sur le marché, donc le retrait des produits concernés, d’un jour à l’autre. Mais aussi, étant donné l’ampleur des produits concernés, la remise en cause du système actuel d’évaluation et d’homologation des pesticides sur le marché. 

Pour soutenir la plainte et ne rien manquer des actualités, rejoignez-nous !